Au Jardin Partagé de Phileas… On a fêté Halloween!




Ce samedi 30 octobre 2021, sous la pluie et par surprise, des quantités impressionnantes de fantômes, des potirons fantastiques perchés dans les arbres ou cachés çà et là et des araignées de toutes sortes ont envahi le jardin partagé de Phileas avec la complicité de quelques habitants.









Ce spectacle inhabituel attire les petits et les grands qui sont pressés de faire la fête.



Car après toute cette longue période d’empêchements de toutes sortes liés au covid 19, la fête… c’est un moment très attendu par les habitants de toutes les générations : Une belle occasion de se retrouver tous ensemble dans la simplicité et dans la complicité avec la Nature. C’est aussi un moment très important pour la petite équipe d’animation du jardin qui s’est mobilisée avec enthousiasme tous ces derniers jours pour rendre le jardin accueillant et pour préparer la fête et les activités. Mais avec la pluie, les activités d'halloween prévues avec les enfants pourront-elles se faire au jardin ? L’hôtel à insectes offert par un commerçant pourra-t-il être terminé ?et la soupe à la citrouille...pourra-t-elle être distribuée ?





















Habitants-jardiniers/cuisiniers bénévoles, médiatrice sociale et animatrice culturelle du Centre Social sont sous pression. La fête sera-t-elle possible dans ces conditions ?



En attendant, des créations en tricot magnifiques réalisées à Caps par des habitantes-créatrices, inventives et douées, décorent joliment l’entrée du jardin



Tandis que d’autres s’enroulent tout autour des troncs d’arbres poursuivis par des fantômes,





et que tout autour, des citrouilles aux bouches grandes ouvertes appellent les habitants à venir à la fête.



Pendant ce temps, dans la cuisine de Caps qui n’avait pas connu une telle agitation depuis longtemps


des habitantes ont préparé plusieurs marmites de soupe au potiron


Que les enfants avaient évidées dans la semaine au jardin archéologique où la soupe sera aussi servie le dimanche.


Et… quand arrive l’heure dite pour le début de la fête, alors qu’il pleut toujours…


Voilà que surgit d’une allée entre les immeubles, un visage effrayant dans un corps apparemment serein.

C’est décidément une atmosphère étrange, impressionnante et pleine de suspens qui règne tout à coup dans le quartier.



On se demande qui peut bien se cache derrière


ces masques effrayants et ces déguisements superbes ? Il en arrive de tous les côtés des immeubles qui se dirigent vers le jardin, attirés par les fantômes et les toiles d’araignées…


ce qui pousse la petite équipe d’animation encore hésitante, à monter vite les barnums sous la pluie, à installer les tables pour la distribution des soupes et pour le jeu « quel poids fait la citrouille qui a poussé dans le jardin » ?


ainsi qu’ un stand de distribution de plants, de boutures, d’aromatiques pour la cuisine, de plantes médicinales pour les tisanes, de graines de toutes sortes et de dégustation de sirop de plantes ainsi que d’infusions chaudes (thym, mélisse, menthe) préparés avec les plantes qui poussent dans le jardin.


Et, autre curiosité qui n’a pas poussé dans le jardin… un magnifique potiron réalisé en tricot par une habitante-tricoteuse et artiste qui se laisse admirer près de la marmite à soupe.


L’ambiance est enfin à la fête. Et personne ne s’est aperçu que la pluie a cessé de tomber, remplacée peu à peu par un soleil discret.


On admire les beaux déguisements et les masques variés,


On fait connaissance ou l’on se retrouve entre voisins, on discute,


On trouve la soupe vraiment délicieuse,


On s’étonne du goût de la mélisse, on veut en cultiver sur la bordure de la fenêtre de son appartement, on visite le jardin, on pose des questions devant des légumes jusqu’alors inconnus, on en cueille quelques-uns à emporter chez soi, on goûte avec curiosité des petites feuilles de roquette vivace qui se re-sème toute seule partout dans le jardin, on échange des recettes, on admire les côtes de bettes de toutes les couleurs, on s’arrête devant les beaux poireaux et l’on imagine la saveur qu’aura la flamiche, on apprend que les bacs de culture sont remplis avec des déchets de la cuisine et du jardin et non pas de terreau et l’on est très surpris de voir qu’il y pousse des salades de toutes sortes, des semis de choux raves … on se détend et l’on est heureux d’être tous ensemble au jardin… sous la pluie !

Plusieurs habitants de la cité voisine viennent même à la rencontre des fantômes et découvrir le jardin qu’ils ne connaissaient pas. Des habitants des immeubles et leurs enfants, qui sont encore à leur fenêtre et n’osent pas descendre au jardin sous la pluie sont invités à venir faire la fête. Ils viennent justement de se voir attribuer un jardin familial à cultiver et repartent avec des plants de fraisiers et de côtes de bettes à faire pousser dans leur propre jardin.


Et soudain, attention ! la citrouille qui a poussé dans le jardin partagé est en train d’être pesée… Suspens.

Les respirations s’arrêtent. Certains hésitent sur le poids…



La citrouille pèse 15 kg !!!



Mais qui est le gagnant ?



Marie-Annick, médiatrice sociale référente du jardin partagé n’a plus qu’une idée : annoncer le gagnant ! Un grand moment pour elle dans cette journée bien remplie en émotions et pleine de surprises

C’est une gagnante. Une jeune habitante. Bravo !



Stupéfaite, elle se met à sauter de joie en entraînant tous les autres enfants alentour. Il y a de la gaîté dans l’air et elle est contagieuse. Les rires fusent de partout.


Le lot qu’elle a gagné est un petit appareil de cuisine qui sert à mixer et à transformer les légumes du jardin en des repas délicieux :


du jardin à la cuisine...


de la graine à l’assiette, de la plante au sirop, de l’activité de jardinage partagé aux rencontres festives qui font du bien au cœur, au corps et à la tête… Le jardin partagé de Phileas est un lieu chaleureux et convivial plein de surprises ! Un jardin dans la ville et pour les habitants de toutes les générations. Un petit bout de verdure situé au pied des immeubles où l’on apprend beaucoup les uns des autres et aussi sur soi-même.

Un jardin où il fait bon respirer, écouter le chant des oiseaux, observer avec les enfants tout ce qui vit dans la nature, profiter de tous ces légumes sains et variés bons pour la santé et qui nous sont offerts gratuitement par les anciennes pelouses transformées maintenant en jardin potager au pied des appartements. Le jardin partagé de Phileas…


Un jardin pour tous les habitants des immeubles où chacun a sa place


créé il y a maintenant 6 ans à l’initiative de 3 habitantes du quartier. Un jardin où prendre du temps pour soi en venant jardiner chacun selon ses possibilités et rencontrer ses voisins. Un espace de verdure pour respirer, avec des petits temps de fête très précieux pour se détendre et faire face aux difficultés de la vie avec une énergie renouvelée dans la sérénité et la convivialité, même sous la pluie !


(texte écrit par une habitante très investie au le jardin partagé de Phileas)

31 vues0 commentaire